https://www.lanouvellerepublique.fr/indre/commune/martizay/a-martizay-un-ancien-berger-reconverti-dans-l-elevage-de-chats?fbclid=IwAR0keaipPaXCmg5WoPu4EZEAMUoURcEueetN7c1k2VqAk5RUxx23cwhaZkQ

1/2
A Martizay, un ancien berger reconverti dans l’élevage
de chats
lanouvellerepublique.fr/indre/commune/martizay/a-martizay-un-ancien-berger-reconverti-dans-l-elevage-de-chats
Abonnés Cet article est réservé aux abonnés numériques.
Publié le 14/11/2022 à 06:25 | Mis à jour le 14/11/2022 à 06:25


Daniel Orts et son épouse Cathy bichonnent leurs protégés.


notre chatterie


© Photo NR
Martizay. Après avoir gardé les moutons dans le Larzac, Daniel Orts élève désormais des
chats qu’il commercialise et sélectionne pour les concours.
PUBLICITÉ
Des coupes et des cocardes décorent les meubles. En peu de temps Daniel Orts s’est fait
une réputation dans les concours de beauté pour chats. Une situation inattendue
lorsqu’on sait qu’il était auparavant berger sur le Larzac, et c’est en quittant l’Aveyron
pour la Brenne qu’il est soudain passé des moutons aux félidés.
Un titre de technicien d’élevage « J’ai toujours eu des chats », souligne cependant le
retraité, installé au lieu-dit « Le Chauray », dans la commune de Martizay, depuis 2018.
C’est à cette époque qu’il a craqué pour la race british shorthair. Une révélation et le début
d’une vraie passion. « J’ai acheté un mâle, Océan, et une femelle, Odyssée, et nous avons
eu une première portée en 2019. »
Il parle au pluriel car il n’oublie pas d’associer son épouse Cathy et sa fille Valériane au
fonctionnement d’un élevage qu’il gère en tant que professionnel. « J’ai suivi une
2/2
formation à l’Association des connaissances pour les animaux de compagnie d’espèces
domestiques à Vendôme (Loir-et-Cher) qui m’a apporté un titre de technicien d’élevage,
et j’ai également obtenu une qualification pour transporter les animaux vivants à plus
de soixante kilomètres de mon domicile. »
Adhérent du syndicat des éleveurs de race, « un organisme professionnel qui défend nos
intérêts », Daniel Orts a pu se lancer sans problème dans la commercialisation des
chatons à partir de trois mois, et participer à des concours. L’occasion de définir les
canons de beauté recherchés par les jurys, en évoquant « un chat très rond qui ressemble
à un petit nounours ». Une sélection au Salon de l’agriculture 2022 valorise l’élevage
brennou qui soigne ses minous en programmant une seule mise bas par an et possède une
nursery aménagée dans un chalet. Sinon, british shorthair et british longhair adultes
vivent au domicile de la famille Orts. « Nous avons actuellement sept chats », précise
l’éleveur avant de vanter un dernier né prometteur, Taïga, une femelle de cinq mois qui
commencera à se reproduire l’an prochain.
Les quinze chatons vendus chaque année sont maintenant pour beaucoup en région
parisienne, mais aussi en Suisse et en Belgique. « Si leurs propriétaires ont un souci, nous
sommes là pour leur donner des conseils », souligne l’ancien berger qui a parfaitement
réussi sa reconversion tout en se faisant plaisir.
Chatterie du Val de Brenne, « Le Chauray », à Martizay, tél. 06.50.49.62.20. E-mail :
d.orts@live.fr